Hébergement cloud

« Page précédentePage suivante »

Dell lance son service de cloud

Publié le 29 août 2011 dans Hébergement cloud
 

A l’occasion de la conférence annuelle VM world 2011, Dell a confirmé le lancement de son propre service de cloud qui devrait arrivé d’ici fin 2011. VMware  a été retenu pour l’hyperviseur, les outils de gestion, le connecteur d’extensions et la partie fabric de l’infrastructure de cloud Dell.

Le service Dell Cloud ouvrire en bêta privée courant Septembre, et sera basé sur le datacenter de Plano, au Texas. Comme tout service d’hébergement cloud, il offrira la possibilité de louer de l’espace de stockage et de la puissance de calcul en payant uniquement pour ce qui est consommé, sur une base mensuelle. D’autres options seront néanmoins proposés, comme par exemple, l’accès à certaines ressources dédiées par Dell, sur la base de contrats plus longs. Côté logiciel, on retrouve donc l’hyperviseur de VMware ESXi dans sa toute dernière version, la 5.0, vCloud Director, vSphere 5.0 et vCloud Connector.

Dell Cloud s’adressera dans un premier temps au marché des moyennes et grandes entreprises

Pour l’année prochaine, d’autres produits sont prévus, a-t-on appris à l’occasion de la VMworld. Une offre de PaaS (plateform-as-a-service) tirant parti de Microsoft Azure et une infrastructure basée sur une plateforme open-source, comme OpenStack ou Eucalyptus, sont notamment prévues.

Côté prix, aucun montant n’a encore été dévoilé mais on peut s’attendre à des tarifs compétitifs pour que Dell puisse prendre des parts de marché rapidement. Selon nos sources, un surcoût devrait être néanmoins facturé pour les clients intéressés par les services de sécurité hébergés.

Catégorie: Hébergement cloud

Flux RSS
Pas de commentaire »

IBM propose une nouvelle offre de cloud hybride

Publié le 29 août 2011 dans Hébergement cloud
 

IBM a annoncé la semaine dernière une nouvelle offre de cloud hybride. Issue de l’acquisition de Cast Iron l’an dernier, cette solution doit tirer parti du monde du cloud privé et public. A la clé, selon IBM, le déploiement d’applications en ligne très rapide, avantage connu du cloud public, avec un contrôle entier par l’entreprise, comme dans le cadre du cloud privé.

IBM a décidé d’étendre son portefeuille applicatif SmartCloud avec une technologie dédiée au cloud hybride. Selon le géant, cela doit apporter « une meilleure visibilité, un meilleur contrôle, et une automatisation accrue des tâches effectuées dans l’environnement informatique, où qu’il réside. » But d’IBM : « réduire significativement le temps nécessaire pour connecter, gérer et sécuriser les clouds publics et privés. »

IBM WebSphere Cast Iron vient donc avec son lot d’innovations. La gestion et la surveillance sont améliorées, avec la possibilité de définir des politiques globales d’accès, des quotas, et des règles de contrôle et d’optimisation des performances pour le cloud public. IBM souhaite ainsi offrir aux utilisateurs de ce type d’environnement des performances équivalentes à ce qui peut se trouver dans le cadre d’une installation sur site, tout en ne lésinant pas sur la sécurité. Une synchronisation des profils d’utilisateurs doit notamment permettre de retrouver les mêmes niveaux d’habilitation, qu’il s’agisse d’un accès sur site ou dans le cloud.

Cette dernière option va dans le sens de la tendance, qui est d’attacher les droits d’accès à la personne plutôt qu’au poste ou à l’appareil utilisé. Ainsi, une personne est identifiée par les pare-feux et obtient des droits en fonction de son authentification, qu’elle souhaite accéder à des ressources au sein de l’équipement de l’entreprise ou dans le cloud. La contrepartie, aussi imposée par la philosophie de simplicité baptisée « configuration, pas programmation » d’IBM, est de lier les entreprises et ses utilisateurs à une solution complète et globale.

Les entreprises devront donc voir s’il est plus intéressant pour elles de rester souples, ou si les avancées annoncées par IBM sont de taille à les convaincre. L’approvisionnement de ressources de façon dynamique, avec une allocation des charges de travail automatique entre le cloud privé et public, est par exemple un plus en cas de pics d’utilisation, mais est fortement dépendante de la cohérence des technologies IBM. Et ce, à l’heure où le cloud computing montre régulièrement quelques limites, notamment avec les chutes brutales enregistrées par Amazon et Microsoft BPOS ces derniers mois.

Catégorie: Hébergement cloud

Flux RSS
Pas de commentaire »

Reconnaître le bon moment pour passer à l’hébergement Cloud

Publié le 24 août 2011 dans Hébergement cloud
 

Cette nouvelle technique d’hébergement mise au point récemment est véritablement en train de prendre son essor sur Internet au point que de plus en plus de webmasters envisagent le fait de migrer vers un de ces serveurs Cloud ou de s’y installer. Mais pourquoi donc le Cloud a autant de succès et quel est le moment propice pour s’y installer ?

Pourquoi donc passer à l’hébergement Cloud ?

L’hébergement Cloud, outre le fait qu’il soit novateur, a de grandes capacités en ce qui concerne la flexibilité. Cette extensibilité se caractérise par une bande passante qui automatiquement s’élargie ou se contracte selon le trafic du site. Ce système permet, sur un même serveur Cloud, de « distribuer » les bandes passantes aux sites qui en ont le plus besoin, sans qu’un problème n’arrive. Les plus petits sites n’ayant pas besoin d’une grosse bande passante, celle-ci peut être utilisée par un plus gros. Ce système de bande passante est illimité, c’est-à-dire qu’aucuns sites du Cloud n’ont de limitation de bande passante et donc aucune crainte à avoir dans leur développement. Cependant, cela reste aussi un élément inhabituel pour les webmasters encore trop habitués aux bandes passantes limitées.

Le moment parfait pour migrer ou s’installer dans le Cloud

Ouvrir un site dans le Cloud est une véritable aventure et pourtant pour certaines personnes c’est un gros avantage au delà de l’aventure. La flexibilité des serveurs aidant, il est très fortement conseillé aux webmasters souhaitant ouvrir un site, mais n’ayant aucune idée de la bande passante qu’ils généreront, d’ouvrir un site sur le Cloud. Ainsi, ils n’auront aucune restriction concernant la bande passante et pourront travailler en toute quiétude. De plus, les serveurs Cloud étant polyvalents, divers systèmes d’exploitation sont disponibles ce qui permet aux webmasters encore dans le doute de choisir leur OS. Enfin, pour les webmasters ayant un budget serré, le Cloud permet, grâce à son système de factures sur « consommation », de faire payer au webmaster l’espace disque et la bande passante qu’il a réellement utilisés, un peu comme une facture téléphonique avec les minutes de communication.

Le Cloud étant l’avenir, il semble bien logique que de plus en plus de sites web migrent et s’y installent. Cependant, les serveurs physiques résistent encore bien, ce qui pourrait amener dans l’avenir à deux écoles telles que Microsoft ou Apple, Cloud ou ne pas Cloud telle sera la question.

Catégorie: Hébergement cloud

Flux RSS
Pas de commentaire »

La folle ascension d’OVH parmi les hébergeurs pro

Publié le 15 août 2011 dans Hébergement cloud, Infos sur l'industrie
 

Récemment, le groupe OVH a annoncé que ses datacenters comptaient plus de 100.000 serveurs devenant ainsi l’un des plus gros hébergeurs web au monde. La firme d’Octave Klaba avait déjà été classée comme première au rang européen, OVH hébergeant plus de 18 millions de sites sur ses serveurs, mais c’est un véritable cap que cet hébergeur q franchi.

L’effet 100.000 serveurs

Enfin, pour fêter ce cap des 100.000 serveurs franchi par OVH, le jeune hébergeur roubaisien a promis d’offrir les frais d’installation de toutes ses offres aux nouveaux clients ainsi qu’aux clients souhaitant changer de formule. Il faut donc en profiter, cette offre n’étant que temporaire! Le groupement roubaisien d’hébergement web est l’un des premiers à avoir ouvert ses datacenters écologiques fonctionnant aux énergies renouvelables en créant des fermes de serveurs « verts », conçus pour respecter l’environnement. Les offres d’OVH se sont diversifiées avec une offre ADSL à 9.98€ et une offre SDSL à 99.99€ minimum. L’entreprise d’Octave Klaba s’est aussi lancée dans l’hébergement Cloud et les serveurs Exchange.

Les projets d’avenir d’OVH

L’entreprise d’Octave Klaba ne semble pas vouloir s’arrêter là puisque son offre ADSL à 9.98€ est le fer de lance d’un changement de cap de la compagnie. L’entrée d’OVH dans l’hébergement Cloud pousse les managers et directeurs du secteur recherche & développement à trouver des moyens d’augmenter à la fois la capacité du réseau et le nombre de données traitées dans les différents datacenters pour répondre à la demande. C’est pour cette raison qu’OVH commence sérieusement à penser que doter son réseau de fibre optique serait le meilleur moyen d’améliorer ses capacités. La fibre optique permet, à la différence des câblages standard, de traiter beaucoup plus de données en même temps et sur un laps de temps très court. OVH proposera donc à certains de ses clients une installation en fibre optique ou de relier leur installation à la fibre optique afin d’avoir le réseau le plus rapide.

La folle épopée d’OVH semblait stagner ces derniers temps à cause de l’arrivé de nombreux nouveaux concurrents sur le marché de l’hébergement web, mais l’entreprise roubaisienne a réussi à contourner ce problème de la même manière que ses concurrents, en diversifiant son offre à son tour.

Catégorie: Hébergement cloud, Infos sur l'industrie
Tags: ,
Flux RSS
Pas de commentaire »

Le Cloud s’étend au-dessus de nos têtes – 2ème partie

Publié le 13 août 2011 dans Hébergement cloud
 

Le Cloud est donc une alternative au système de stockage de données classique dit « physique » et remplace avantageusement le disque dur et disque dur externe. Pour les hébergeurs, cette évolution du web a totalement changée la donne et il leur faut s’adapter. Aujourd’hui, soit les hébergeurs s’adaptent à la demande des utilisateurs et ajoute un hébergement Cloud à leur propre système, soit ils doivent améliorer le Cloud qu’ils ont déjà mis en place tout en s’ouvrant aux entreprises.

De l’hébergeur Internet classique à l’hébergeur Cloud

La majorité des hébergeurs web traditionnels ont dû enclencher l’évolution vers l’hébergement Cloud pour des raisons commerciales, mais ils doivent se heurter à des rivaux peu communs, les opérateurs téléphoniques et les grandes entreprises, qui voient d’un bon œil ce nouveau marché s’ouvrir à eux. Ainsi, Orange a lancé son offre d’hébergement Cloud pour ses abonnés, mais aussi pour attirer de nouveaux clients, Microsoft s’ouvre à ce marché et fait quelques essais avec son offre Azur, tandis que Colt et AT&T se sont lancés à corps perdu dans l’aventure.

To Cloud or not to Cloud…

Le grand problème de ces hébergeurs, c’est aussi d’attirer les clients plus importants tels que les entreprises et ce n’est pas une mince affaire. Plusieurs éléments bloquent cette évolution et, en premier lieu, le fait que la migration pure est simple n’existe pas. Il n’est pas possible pour une entreprise de migrer simplement, en une fois, à l’aide d’un protocole. Il faut qu’elle contacte le prestataire qui, au bout de multiples mesures et protocoles, finit par faire migrer les données. Un autre point noir est la mise à jour des serveurs qui se fait sous le contrôle du prestataire de service et non de l’entreprise, ce qui peut attirer quelques problèmes dont celui de la dépendance de l’entreprise au prestataire de service.

Aujourd’hui, les offres d’hébergement Cloud sont en nette augmentation et cela dû en grande partie aux annonces d’Apple concernant leur propre système d’hébergement Cloud, l’iCloud. Il semble donc sûr que les hébergements web soient en réelle mutation, car en moins de 10 ans, les hébergements web destinés aux professionnels se sont popularisés et aujourd’hui, évoluent au grès de la volonté du consommateur. Du web pro au web populo, il n’a fallu qu’une décennie.

Catégorie: Hébergement cloud

Flux RSS
Pas de commentaire »