Le duplicata : pour l’éviter c’est bien plus compliqué que ça…

Si vous créez un site en espérant y insérer des contenus plagiés ici ou là, vous échouerez à coup sûr. Cependant, même si vous avez compris l’importance de la rédaction unique, peut-être produisez-vous du duplicata sans le savoir.

Le duplicata vu par Google

Aujourd’hui, on utilise beaucoup de CMS pour construire un site : l’avantage est la maniabilité. On dit aussi que ces plateformes sont propices au référencement, mais il faut se méfier… S’il est en effet très agréable de classer les articles d’un blog dans des catégories, cela peut causer des conflits : en effet, vos billets peuvent alors être indexés sous deux URLS (ou plus!). Google peut considérer cela comme du duplicata… Et vous perdez donc quelques places au moins dans les SERPs.

Eviter tout type de duplicata

Il existe des plugins qui permettent de demander la non indexation de ces fameuses catégories. Un simple clic suffit donc à éviter des centaines d’adresses URLs perçues comme plagiées. Mais si l’on a déjà enlevé une bonne épine du pied, on peut encore faire mieux. Effectivement on risque aussi de créer des liens qui font doublon : surtout sur les blogs où l’on apprécie l’ergonomie proposée par les menus, sidebars, footers etc. Il y a des ruses possibles, notamment avec certaines balises qui résolvent le problème de doublon lié aux catégories…

Les balises canonicales : antiplagiat!

En entrant certain codes (rassurez-vous, c’est simple comme tout!), vous supprimez les problème de duplicate content causés par les catégories. Si vous avez propulsé votre site par vous-même, vous ne pourrez pas utiliser d’outils de type plugin. Alors, vous allez devoir mettre la main à la pâte une fois de plus : créer une balise canonicale permet d’indiquer à Google l’adresse physique de l’article. Ainsi il comprend que les catégories ne sont utilisées que pour l’ergonomie du site et vous êtes tirés d’affaire!

Concrètement, une balise canonicale c’est quoi?

Voici un exemple de code à intégrer dans la page qui risque d’être cataloguée comme dupliquée : <code><link rel= »canonical » href= »http://www.example.com/ma-page.html » /></code>. Remplacez bien évidemment l’URL en orange par celle de la page contenant véritablement l’article, et le tour est joué! Pas bien compliqué en somme! Alors bien sûr, cela prend beaucoup plus de temps que de cocher une case dans un plugin WordPress SEO, surtout si votre site possède déjà une grosse quantité de pages… Mais l’efficacité est là, c’est cela qu’il faut retenir! Bon courage à vous qui êtes sur la route de la SEO…

Catégorie: SEO/SEM
28 mars 2012
O2switch Hébergement web