Spécial débutants

Page suivante »

Pourquoi utiliser WordPress ?

Publié le 2 mars 2016 dans Création de sites web, Spécial débutants
 

A l’heure où de plus en plus de monde souhaite créer un site Internet, il existe de nombreuses solutions. La plus populaire chez les novices ou les petites structures est l’utilisation d’un CMS (Système de gestion de contenu en français). Peut-être que vous avez déjà entendu parler de Drupal, Prestashop, Joomla ou WordPress… Ceux-ci ont le gros avantage de posséder une ossature de site et une interface d’administration pré-construites, même si ils varient en terme de facilité d’utilisation et possibilités.

Diplômé de l’Ecole Européenne des Métiers de l’Internet et Freelance, Clément propose des formations WordPress en ligne et vous présente aujourd’hui le meilleur et le moins bon du CMS WordPress. (suite…)

Catégorie: Création de sites web, Spécial débutants

Flux RSS
Pas de commentaire »

Domaine garé, domaine compagnon et sous-domaine, explications.

Publié le 8 mars 2013 dans Spécial débutants
 

Il existe trois types de domaines supplémentaires pouvant être contenus dans un compte d’hébergement Web : des domaines garés, des domaines compagnons et des sous-domaines.

Domaines garés

Les domaines garés pointent vers votre domaine principal et partagent les mêmes pages Web; ils n’ont donc pas de pages ou de dossiers d’index distincts. En fait, un domaine garé est un autre nom pour votre site Web principal. Un exemple courant : une entreprise achète des extensions multiples pour un nom de domaine (telles que monentreprise.ca, monentreprise.au, monentreprise.net, etc.) et les fait toutes pointer vers le site principal. Les visiteurs peuvent alors voir le même site Web nonobstant le nom de domaine entré.

Domaines compagnons 

Un nom de domaine compagnon est un nom de domaine supplémentaire relié à votre compte hébergeur, mais qui détient un site Web séparé de votre nom de domaine principal. Lorsque visualisés sur Internet, les sites Web de domaines compagnons semblent distincts les uns des autres, ainsi que du site Web de votre domaine principal. Les moteurs de recherche, tel Google, les considéreront tous comme des éléments séparés.

Sous-domaines 

Un sous-domaine vous permet de fractionner votre compte d’hébergement de façon à ce qu’il agisse comme un site Web distinct sans que vous ayez à vous procurer un nouveau nom de domaine. L’adresse du sous-domaine contiendra quelques informations supplémentaires (comme par exemple, www.sousdomaine.domaineprincipal.com). Il vous est possible de créer vous-même un sous-domaine à partir de tout nom de domaine relié à votre compte hébergeur.

Catégorie: Spécial débutants

Flux RSS
Pas de commentaire »

1&1 ou OVH : l’avis d’un webmaster

Publié le 31 octobre 2012 dans Hébergement mutualisé, Spécial débutants
 

Ce comparatif relate l’expérience du webmaster de Cyberpratic : webmastering et assistance informatique. Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience, n’hésitez pas à nous contacter.

OVH, 1&1 et Amen font partie de ces hébergeurs connus pour leur bon rapport qualité/prix. Ils se démarquent ainsi d’une partie des hébergeurs aux services plus que réduis mais aux tarifs discounts, ainsi que d’un autre groupe plutôt haut de gamme, aux prix sélectifs et réservés à des professionnels exigeants.

Les avis sur OVH et 1&1 sont légion, peut-être parce-que ce sont les plus connus en France de par leurs spots publicitaires respectifs et leur positionnement sectoriel. Cependant, on compte de très nombreux commentaires négatifs sur 1&1, ce qui m’a finalement laissé pensé que certains devaient être payé pour cela. Plus sérieusement, il est évident que les clients mécontents laissent plus souvent des notes et commentaires assassins pour se défouler, que les clients satisfaits ne laissent d’éloges…

Les qualités de 1&1 par rapport à OVH

Mon expérience m’a amenée, à titre personnel et professionnel, à tester OVH et 1&1 sur des serveurs mutualisés de type perso (OVH) / essentiel (1&1) et pro (OVH) / classique (1&1). Les prix entre les deux hébergeurs sont identiques sur ces offres, reste donc à décortiquer les offres techniques en fonction de ses propres besoins. Pour ma part, c’est maintenant 1&1 qui correspond le mieux à mes besoins, notamment en raison des nombreuses bases de données à plus forte capacité mises à disposition, et surtout de la rapidité d’échange entre le serveur de fichiers et le serveur de données, beaucoup trop lent en mutualisé chez OVH.

C’est d’ailleurs suite à un problème d’erreur 324 qui s’est révélé provenir d’OVH que j’ai décidé de les quitter après deux ans durant lesquels je n’ai rencontré aucun problème majeur, si ce n’est la lenteur récurrente de mes sites, que l’assistance technique attribuait à mon manque d’optimisation de ces derniers ! Après plusieurs jours de plaintes de plusieurs webmasters à propos de problèmes d’accès sur différents serveurs mutualisés, OVH a d’abord nié sa responsabilité sous-entendant que nous (webmasters) étions responsables (sous entendu : vous n’y connaissez rien) avant de concéder avoir un problème matériel. Au bout d’un mois toujours pas de solution. Je suis parti chez 1&1 et depuis mes sites tournent comme jamais ils ne l’ont fait chez OVH. Concernant la raison de mon départ, OVH a mis deux mois pour régler la situation pour ceux qui sont restés.

A noter que sur les serveurs dédiés, 1&1 propose des petites configurations peu onéreuses que je n’ai encore pas trouvé ailleurs, en tout cas pas avec les mêmes services, notamment l’infogérance par l’hébergeur lui-même. Enfin, chez 1&1 de nombreuses promos permettent de réduire un peu la note, pour les nouveaux arrivants et les clients établis tout au long de l’année.

Les défauts de 1&1 par rapport à OVH

Bien évidemment, 1&1 a aussi des défauts. Le plus connu? L’assistance technique la-bo-rieu-se. En effet, j’ai pu constater moi-même que les réponses du service technique prennent une semaine. Il ne vaut donc mieux pas avoir de question urgente. Dans ce cas, mieux vaut appeler 1&1 au téléphone, mais là encore on est loin de ce que l’on pourrait attendre d’un service clientèle : moi je suis tombé sur le stagiaire de service qui me faisait bien comprendre qu’il n’en avait pas grand chose à faire de mes soucis… De ce côté, il est vrai que OVH répond en général aux mails en moins de 24 heures, et que l’on peut même alerter un responsable si cela ne va pas assez vite, ou si la réponse ne nous satisfait pas.

Deuxième défaut avancé par certains, les serveurs de 1&1 sont en Allemagne, contrairement à ceux d’OVH, franco-français et basés dans différentes villes de France. Un défaut ? Selon les dires de certains sur le net, avoir un hébergement à l’étranger serait pénalisant pour le référencement dans les pages France de Google. Je pense que c’est un faux problème, car je n’ai pas constater de problème de référencement de mes sites sur les pages France, quelque soit l’extension du site (.fr, .com et .eu). De plus et en cas de besoin, Google permet d’indiquer la cible géographique de votre site dans sa section « Outils pour Webmasters« . Pratique si vous hébergez à l’étranger un site dédié au public français.

Troisième critique visant souvent 1&1 : ce seraient les champions de la vente forcée. Je n’ai pas de preuves corroborant ces faits et ne mets aucunement la parole des accusateurs en doute, mais il y a aussi eu des plaintes de ce genre chez OVH (j’ai même un ami à qui c’est arrivé).

En conclusion

OVH et 1&1 ont tout deux des qualités et des défauts mais de par ma propre expérience, 1&1 est un ton au dessus. Au final, tout dépend des besoins, de la chance qu’on a (un peu comme avec les FAI) et aussi sur qui l’on tombe à l’assistance téléphonique. Ne vous fiez pas aux critiques parfois anonymes ou intéressées, et comparez : il suffit de récupérer les tableaux synthétiques des offres sur les sites des hébergeurs, rien de plus simple !

Après à chacun de voir le niveau de service attendu et nécessaire, mais il ne faut pas oublier que la qualité a un prix !

 Merci à Cyberpratic : webmastering et assistance informatique pour cette comparaison entre 1&1 et OVH.

Catégorie: Hébergement mutualisé, Spécial débutants

Flux RSS
1 commentaire »

Créer un site : ce qu’il faut savoir du point de vue législatif

Publié le 3 juillet 2012 dans Création de sites web, Spécial débutants
 

Mettre en ligne un blog ou tout autre site engage certaines responsabilités. Parmi elles, celle du respect des droits d’auteur, de l’information juste et honnête des internautes, de la publication de données ne nuisant pas à autrui, notamment aux enfants.

Que dit la loi?

Certains éléments doivent être apparents sur tout site : nom du fondateur et du rédacteur, raison sociale ou adresse postale ou N° du registre des commerces, coordonnées de contact (mail, téléphone). Le but de ces informations et de permettre aux internautes de faire valoir leur droit : en cas de contenu jugé nuisible, ils peuvent en faire part au responsable. Par ailleurs, les contenus plagiés peuvent faire l’objet de poursuites, et il est donc demandé à chaque gérant de site d’assumer pleinement ses responsabilités.

Déclaration au CNIL : pour qui?

Désormais, la loi fait preuve de plus de souplesse pour les blogs, les vitrines professionnelles ou de présentation diverses (associations…) qui ne sont plus tenus de déclarer leur contenu nominatif au CNIL (Comité National Informatique et Liberté). Ils ne sont pas non plus contraints de dévoiler leur nom mais doivent être joignables. En revanche, les boutiques en ligne n’en sont pas épargnées…

L’ecommerce et les mentions légales

Un magasin en ligne doit mettre en avant des mentions légales très complètes à la fois pour se protéger d’éventuelles plaintes de clients, mais aussi pour respecter la loi et informer les prospects. Ainsi, le siège de l’entreprise doit être identifié avec les coordonnées complètes. Le client doit pouvoir trouver les conditions de vente avec les modes de paiement, les délais de livraison, délais de rétractation etc, possibilités de remboursement. Selon les secteurs d’activité, il convient de signifier des clauses précises, comme dans le secteur de l’agroalimentaire.

Créer un site internet ne se fait pas sans prendre en compte la loi relative au contenu éditorial, mais aussi aux images, sons et vidéos diffusées. Enfin, nul n’est censé ignorer les lois relatives à l’activité professionnelle mise en avant sur le web.

Catégorie: Création de sites web, Spécial débutants

Flux RSS
Pas de commentaire »

Comment choisir son thème WordPress ? Ce qu’il faut prévoir.

Publié le 30 avril 2012 dans Création de sites web, Spécial débutants
 

Lorsqu’on démarre avec WordPress, tout est beau, tout est rose : un beau design, une plateforme de rédaction fluide et complète, mais aussi la possibilité d’optimiser le contenu pour les moteurs de recherche.

Les critères de choix d’un thème WordPress

Tout d’abord, quels sont vos propres besoins : votre site sera-t-il un blog, une vitrine, une boutique ? Car les CMS accueillent toutes sortes de pages web… En fonction du type de votre site, vous aurez sans doute besoin d’options comme la colonne latérale, l’affichage d’images sous formes de galerie (idéal pour l’e-commerce et la présentation de produits), un ou plusieurs menus…  Lorsque vous allez choisir votre thème WordPress, vous devez déjà avoir en tête l’apparence que vous souhaitez donner à vos pages. Car l’idéal est de démarrer avec un template qui se présente de la manière la plus proche de vos désirs : sinon, autant tout construire soi-même !

Les templates gratuits : pour ou contre ?

Pourquoi pas ! Ce qui incombe c’est de personnaliser le code pour l’optimiser : le temps d’affichage est ainsi accéléré, le référencement amélioré. Certains thèmes WordPress gratuits sont fréquemment rencontrés sur le web, notamment certains tenus par des bloggeurs SEO… Cependant pour ceux qui veulent se faire plaisir avec un design élégant et de nombreuses options, il y a plusieurs offres payantes, à commencer par l’abonnement annuel. Celui-ci est proposé par Elegant Themes notamment, permettant de disposer d’une panoplie de templates en illimité pendant toute la durée d’abonnement. Pratique pour ceux qui veulent tout tester, qui possèdent plusieurs sites ou ont beaucoup de contacts susceptibles d’être intéressés !

Et les thèmes WordPress payants : valent-ils le coût ?

Oui et non : certes, on aura un design de base plutôt chouette, mais il faudra y ajouter un logo qui soit à la hauteur, éventuellement en faisant appel à un pro. Puis le code demandera dans tous les cas un peu de ménage. Pourquoi ? Les options facilement utilisables dépendent de nombreux éléments dont vous n’aurez pas besoin en intégralité : lorsque vous saurez exactement ce qui vous intéresse dans vos templates, supprimez le reste. Le but étant toujours de faciliter la lecture par les robots.

Quelques recommandations de thèmes gratuits

Nous n’avons bien entendu pas pu tester les 1400 présentations disponibles en téléchargement libre ! Néanmoins, les deux modèles suivants se démarquent à nos yeux.

Le template Zbench est simple et pratique : un menu qui ne bug pas et utilisable de suite (contrairement à certains thèmes qui demandent des réajustements), une sidebar d’aussi belle maniabilité. Le look est sobre tout en accueillant à bras ouvert d’autres éléments comme un diaporama dans le header par exemple.

Suffusion s’impose d’autant plus que l’on peut choisir plusieurs couleurs en un seul clic : des tons basiques qui se mêlent d’un peu plus près à la thématique du site.

Ce qu’il faut retenir donc, c’est l’importance de revoir le code pour le rendre plus propre et n’y laisser que le strict nécessaire.

 

Catégorie: Création de sites web, Spécial débutants

Flux RSS
Pas de commentaire »